Usines Métallurgiques de Vallorbe (UMV)

Fabrique d'outils de précision depuis 1899

Historique

Du Fer...

Situées dans un vallon du massif du Jura, les Usines Métallurgiques de Vallorbe sont étroitement liées à l’histoire de la commune de Vallorbe. Trois cents ans avant J.-C. des forgerons exploitaient déjà le minerai de fer présent dans la région.

Les premières usines ont été établies au fil de l’eau dès la fin du XIIIe siècle. Le long de l’Orbe, le prieur de Romainmôtier y fait construire une machine encore peu répandue à l’époque : la scie hydraulique, pour exploiter le bois et le minerai de fer. Les moines y installent une ferrière et implantent alors l’industrie du fer à Vallorbe. Dès lors, les activités liées à la sidérurgie commencent et les forges se multiplient.

A la fin du XVe siècle, la forge et la fonte prennent leur essor à Vallorbe, ce qui entraîne le développement d'autres secteurs de la métallurgie.

Un nombre toujours plus grand de Vallorbiers exercent les métiers de la métallurgie, de la maréchalerie et de la clouterie. Ces activités engendrent l’émergence d’autres secteurs comme la serrurerie, l’armurerie et enfin celui de l’horlogerie. 

Au début XIXe siècle, 70% des travailleurs ont un emploi dans un domaine lié au fer. Après l’essor de la clouterie au XVIIIe siècle, c'est la production de limes, pour l'horlogerie d'abord, puis pour d'autres domaines, qui prend son envol. La taille des limes permet d’offrir un appoint hivernal aux agriculteurs de la région. C’est dans ce contexte d’intense activité sidérurgique que naissent les Usines Métallurgique de Vallorbe.  

 

 

 

 

 

 

… à la lime.

Malgré la concentration des affineries et des grandes forges à Vallorbe, la petite métallurgie continue de prospérer dans de multiples petits ateliers. L’émergence, puis l’expansion du chemin de fer engendrent la création d’un nouveau secteur d’activité à Vallorbe, celui de la fabrication de limes dès le XIXe siècle.

Dès 1740, la pénurie de charbon de bois à la Vallée de Joux décourage les couteliers, les armuriers, les maréchaux et les cloutiers qui se tournent alors progressivement vers l’horlogerie et la taille de pierres fines.

Les limes sont intimement liées à la marche ascendante de l'horlogerie puisque celles-ci sont nécessaires à la production et à la réparation de montres. Les horlogers, héritiers du savoir-faire métallurgique de Vallorbe, maîtrisent la forge et la trempe de l’outillage qui assurera la précision et la réputation de la montre suisse. 

En 1836, à Vallorbe, F.-L. Grobet invente une machine à tailler les limes. C’est le début de l’industrialisation du processus de production.

 

 

 

 

 

 

Soixante-six ans plus tard, en 1899, les trois plus grandes usines de Vallorbe, Borloz & Noguet-Borloz,, Antoine Glardon & Cie et Grobet SA fusionnent pour former les Usines métallurgiques de Vallorbe.

Les progrès scientifiques et techniques  tels que l’eau courante, l’éclairage électrique, le téléphone, l’automobile, l’avion, etc. transforment la vie quotidienne. Ces évolutions technologiques ont contribué à l’essor des Usines Métallurgiques de Vallorbe.

La force des Usines Métallurgiques de Vallorbe réside dans leur capacité à s’adapter aux nouvelles techniques de production mécanisées et automatisées, tout en mettant en valeur le savoir-faire manuel.

En 1992, les Usines Métallurgiques de Vallorbe obtiennent la certification ISO 9001.